Intello - nombriliste - hippie - réactionnaire


h1 7/24/2007 03:02:00 PM

Depuis déja une semaine je suis de retour d'Allemagne, où je présentais le système que j'ai développé en première année. J'ai surtout pas mal bossé à tous ces exposés que je ne suivais pas, et je suis rentré avec plein d'idées à pousser, c'est assez excitant. J'ai appris ce matin que l'article résultant en gros de mon travail de cette année a été accepté à LPAR. Ce travail me tenait assez à coeur, et le suspens était d'autant plus grand que l'article a d'abord été refusé ailleurs dans des conditions assez frustrantes... En tout cas, j'irai en Arménie en Octobre.

Voilà pour le côté recherche, bien rempli. Côté Savonet, Sam Balbinus et Romain ont l'air de se sentir plus franchement en vacances que moi, et passent pas mal de temps sur le projet, ce qui m'y pousse forcément. On commence à étendre les possibilités d'interaction: à terme on n'aura plus besoin de régler les opérateurs de traitement de son à l'aveugle; ça devrait aussi aider à débuguer des trucs complexes comme la détection de beat; plus marrant, on peut imaginer utiliser liquidsoap comme un backend d'un logiciel de DJ. J'ai forcément été de la partie, pour le bricolage dans les coins sombres de liquidsoap, et puis parce que ça m'amuse bien tout simplement. Mais je n'ai clairement pas été à la hauteur de la frénésie de Sam. Pour sa part, Romain a rédigé un article pour DebADay, auquel j'ai contribué un peu, mais pas aussi vite qu'il ne l'espérait. Dans le même temps il préparait un dossier pour les Trophées du Libre. Et il a pour la troisième fois demandé au projet Icecast de lister liquidsoap parmi les streamers compatibles, avec succès! Notre longue absence me fait bien sentir que la liste est loin d'être exhaustive. N'empêche, c'est une liste de choix, et liquidsoap y sort clairement du lot, ça fait plaisir.

Plus que ma très passagère et très relative baisse d'activité de développement, mon manque d'intérêt pour la communication m'a fait me poser des questions, et nous en avons d'ailleurs un peu discuté avec Romain. Ma première réaction a été de me justifier dans l'absolu. Ce qui m'intéresse, ce n'est pas de maintenir un monument, d'assurer le support utilisateur, la portabilité et la backward-compatibility... toutes ces choses, certes très importantes, ne m'excitent pas. Et ce projet est d'abord et avant tout un hobby, je ne veux pas me laisser entraîner dans une direction qui ne me plait pas. Mais qu'est-ce qui me plait? Ce n'est pas très raisonnable, mais je crois qu'il faut avouer que c'est d'abord "coder". J'aime coder, de l'élégance des petites fonctions à la satisfaction de la maitrise de l'ensemble complexe de modules que forme liquidsoap. Sinon, plus généralement, "développer" une idée qui permette d'atteindre un résultat original, de dépasser les limites actuelles.

En fait, tout est dans la portée du "développement". Ça me fait penser à Philip. K. Dick qui présente, en préface du recueil de ses nouvelles, sa vision de la différence entre nouvelle et roman. La nouvelle lui permet de mettre en scène une idée: on pose le décor, les personnages, dans l'unique but de présenter l'idée principale. Dans un roman, les personnages et l'environnement en général doivent être développés plus en profondeur, ils doivent prendre vie, avoir leur caractère. Selon Dick, l'auteur se retrouve du coup prisonnier de ses personnages, dont la vie propre force l'action. Les deux styles ont leurs avantages et inconvénients. Chacun son truc. Quant à Dick, il a écrit les deux. J'ai bien aimé ses romans, mais je dois dire que je suis soufflé quand je lis ses nouvelles: quasimment chaque histoire met en scène une idée étonnante, déroutante, fascinante! Je parle de Dick plus parce que j'adore le lire que parce que j'aime l'analogie, mais vous l'aurez compris, je me vois plutôt écrire des "nouvelles" que des "romans". L'autre tendance me semble glauque au possible: je pense aux armées de développeurs dans l'industrie, qui implémentent des suites bureautiques, de mornes projiciels ou autres automatisations de tâches administratives... En un sens ils peuvent être fiers de faire tourner le monde. Mais bon, comme dit Alan J. Perlis: In computing, turning the obvious into the useful is a living definition of the word "frustration". (Perlis a écrit un paquet d'Epigrams on Programming, c'est une lecture amusante, et on finit toujours par y lire midi à sa porte.)

Bien entendu, peu de choses étant simples dans la vraie vie, je me suis vite rendu compte que ces réflexions ne sont pas honnêtes. Du moins, elles ne représentent qu'une facette de la réalité. J'ai la tête très occupée par la recherche en ce moment, mais ces choses là fluctuent. Je suis clairement touché quand un utilisateur apprécie liquidsoap, quand Xavier Cazin blogue là dessus chez O'Reilly, etc. Il y a là bien sûr un brin d'orgueil. Plus louablement, je crois qu'un des buts de liquidsoap est de montrer comment des courants d'idées actuellement plutôt enfermés dans le milieu de la recherche peuvent être utiles à tout le monde, développeurs comme utilisateurs. Le fait que le projet marche, et qu'il soit apprécié, et qu'il ait même rallié un brin de contributeurs, constitue un début de succès de ce point de vue... ce n'est peut-être pas tout à fait de la pédagogie ni du militantisme, mais il y a un peu de ça.

Le problème des concours de logiciels libres cristallise bien ces questions. J'ai probablement été le premier à envisager de présenter liquidsoap à tel ou tel concours. J'ai toujours repoussé à une prochaine-version-encore-mieux. Sam a poussé et c'est finalement Romain qui a fait le pas. Le bon côté de la chose c'est qu'on risque d'entrer en contact avec de nouveaux gens intéressants, et probablement tomber sur de nouvelles idées. Le domaine est plutôt petit et on s'adresse à des gens plutôt capables techniquement, nous sommes probablement déja suffisamment référencés pour que les utilisateurs ciblés nous trouvent. Mais peut-être un peu de communication plus large nous fera-t-elle atteindre des applications et des gens auxquels nous ne pensons pas actuellement, et réciproquement. Ces pensées positives ne chassent pas l'idée du côté bizarre de tout ça. Pourquoi concourir à un prix, en euros et en matériel ? On se retrouve à lire dans le topic de #savonet: "TODO: Find what to do with money for the project"! Pour caricaturer, on part d'un projet pour le fun et les belles idées, et on arrive à se demander comment dépenser du blé, en vulgaires consommateurs. Ça m'évoque aussi les grosses compagnies qui n'ont que l'objectif d'être les "premières", oubliant complètement l'interêt du client et de la société. Pas de méprise, ces exagérations ne sont que les spectres caricaturaux d'un doute qui me taraude. Mais je crois qu'il est très important de faire gaffe à ne pas dévier par mégarde des objectifs qu'on se fixe. Pour ne pas se réveiller un jour et réaliser qu'on a perdu du temps et de l'énergie (ou pire) à des choses qui ne nous intéressent pas.

Libellés : , ,

3 commentaires:

  • Très bon post, ça fait plaisir d'avoir ça à l'écrit !

    Pour le topic irc, je l'ai mis comme une façon, justement, d'exorciser le problème. Nous concourons avant tout parceque l'on pense que le projet est bon et que l'on cherche, comme toi, une reconnaissance, pas pour faire des sous. A partir de là, savoir qu'en faire est bien secondaire, et, finalement, on a concouru sans même savoir quoi en faire. Si tu veux en faire don à un association (l'APRIL par exemple), tu sais que je n'aurai rien contre personnellement.

    Enfin, pour ce qui est de la gestion d'un projet qui, il faut bien le dire, grandit, je pense qu'elle est nécessaire à partir du moment où on cherche à toucher un public plus large. Pour moi, elle va de pair avec l'inscription sur icecast.org.

    Je comprend tout à fait ta position, tu veux faire dans ce projet ce qu'il te plait, c'est le but de tout projet bénévole. Cependant, tu peux compter sur les autres participants pour aider aux autres taches...

    Finalement, j'ai l'impression qu'une étape décisive dans un projet initialement maintenu par deux participants à une organisation un peu plus grosse, c'est de voir certaines parties nous échapper completement. Alors que dans un petit projet, tout le monde met le nez partout, il finit par arriver un moment où on doit deleguer et spécialiser les tâches de chacun.

    Ainsi, pour moi le projet à toutes ses chances si on continue de s'écouter et de participer chacun à son niveau tout en respectant les intentions des uns et des autres.

    Pour ma part, tu dois surement trouver cela maso, mais ce que j'aime dans mon engagement dans ce projet, c'est admirer les avancées, donner des idées ou même un coup de main quand c'est à mon niveau, et aider à ce que le programme soit de plus en plus abordable, ce qui passe forcément par un système de release et bug fix plus ou moins rigide, afin de ne pas répeter des erreures comme celles de la politique "CVS release" de libavcodec/ffmpeg...

    En tout cas, j'espère que grand bien des communications actuelles, vu la stabilité sur radiopi en ce moment, je pense vraiment que 0.3.3 est une bonne release.

    Enfin, il ne faut pas avoir peur de la rigidité que peux apporter une gestion d'un projet plus populaire, les nouvelles moi aussi j'adore, mais rien ne vaut un roman qui a l'air d'une nouvelle tout le long.. Et c'est pour ça que j'adore tant le voyage de Céline :)

    Aller à bientot !

    Par Anonymous toots, Ã 27/7/07 02:22  

  • Yop Toots! Juste une ou deux précisions.

    Je ne cherche pas de "reconnaissance". Franchement, je ne fais pas ça pour me faire bien voir, sinon j'aurais probablement abandonné dans le désert des deux ou trois premières années.

    Par contre, je commence à accepter l'idée de "toucher un public plus large", comme je l'ai motivé dans le post.

    Dans cette optique, participer à un concours est un moyen comme un autre. Clairement l'argent n'est pas la motivation de notre inscription au concours, ça reste "bon enfant" comme je le veux. Si jamais on gagne du blé, il va juste falloir qu'on trouve un moyen responsable de l'utiliser -- je n'exclus pas qu'on se fasse plaisir avec, faut juste qu'on y pense et que ça ne devienne pas une habitude ou un but.

    Par Blogger mrpingouin, Ã 27/7/07 09:19  

  • Bref, tout ca pour dire que tu suces des ours.

    Par Blogger Franky, Ã 28/7/07 01:53  

Un commentaire ?

< Accueil